High Availability Setup With DIGIVOIP TUNISIA

CIA was secretly exploiting a vulnerability in a huge range of Cisco router models — discovered thanks to #Vault7

Cisco Vulnerability
Cisco IOS and IOS XE Software Cluster Management Protocol Remote Code Execution Vulnerability

 

https://tools.cisco.com/security/center/content/CiscoSecurityAdvisory/cisco-sa-20170317-cmp

How to make your sys admins resolve your problem faster..

What the CIA thinks of your anti-virus program

PARIS (AP) — Peppering the 8,000 pages of purported Central Intelligence Agency hacking data released Tuesday by WikiLeaks are reviews of some of the world’s most popular anti-virus products.

The hackers are quoted taking potshots at anti-virus firms, suggesting the American intelligence agencies are keenly aware of flaws in the products meant to be keeping us all safe online.

The data published by WikiLeaks isn’t systematic enough to draw firm conclusions about the reliability of one product or another and the uncertain dating means the CIA’s critiques provide more of a snapshot than an overview.

Still, the posts show America’s top cyberspies aren’t always flattering about commonly used security software.

___

COMODO

The CIA appears to give mixed praise to the anti-virus solution by Comodo, the self-described « global leader in cyber security solutions. »

One post by an apparent CIA hacker published by WikiLeaks said Comodo is « a colossal pain in the posterior. It literally catches everything until you tell it not to. »

Just don’t upgrade to Comodo 6.

That version « doesn’t catch nearly as much stuff, » the hacker appears to say, describing a particularly glaring vulnerability as a « Gaping Hole of DOOM. »

Melih Abdulhayoglu, Comodo’s chief executive, emphasized the first part of the post, saying that being called a pain by the CIA was « a badge of honor we will wear proudly. » In a statement, he said that the vulnerability described by the CIA was obsolete. Comodo 6 was released in 2013; Comodo 10 was released in January.

___

KASPERSKY LAB

This is one of the world’s leading providers of security protection. But it may not keep you safe from the CIA.

A flaw in the code « enables us to bypass Kaspersky’s protections, » according to another post .

Founder Eugene Kaspersky dismissed the comment, saying in a Twitter message that the flaw identified in the CIA leak was fixed « years ago. »

A statement from his company said a second flaw apparently identified by the agency was fixed in December 2015.

___

AVIRA

A CIA hacker appears to say that this German-engineered anti-virus product is « typically easy to evade. »

The firm said in a statement that it had fixed what it described as « a minor vulnerability » within a few hours of the WikiLeaks release.

It added that it had no evidence that any of its users had been affected by the bug.

___

AVG

The CIA apparently had a trick to defeat AVG that was « totally sweet. »

Ondrej Vlcek, the chief technology officer for AVG’s owner, Netherlands-based Avast, said that the CIA appeared to be discussing a « theoretical bypass » of AVG’s scanning engine which would have required additional work to successfully deploy as malicious software.

« We would not consider it critical, » he said of the issue. Speaking via email, he added that it seemed the post was written « some time » ago.

« This is in fact not an issue today given the current operation of the AVG products, » he said.

___

F-SECURE

One CIA hacker appeared to be particularly scathing about this Finnish firm’s security software. It’s a « lower tier product that causes us minimal difficulty, » one apparent hacker said .

F-Secure noted that the company was described elsewhere , along with Avira, as an « annoying troublemaker. » It said there was a broader point to be made about the CIA’s apparent decision not to warn anti-virus companies about the flaws in their products.

The agency « considered it more important to keep everybody unsecure … and maybe use the vulnerability for its own purposes or counter terrorism purposes, » F-Secure’s chief research officer Mikko Hypponen said in a statement.

___

BITDEFENDER

The posts aren’t complete enough to say for sure, but Bitdefender, a Romanian anti-virus product, seemed to cause CIA hackers a lot of trouble.

One post appears to suggest that Bitdefender could be defeated by a bit of tinkering.

Or maybe not.

« Alas, we’ve just tried this, » a response to the post said. « Bitdefender is still mad. »

Bitdefender representative Marius Buterchi said the only conclusion to draw was that « we are detecting the CIA tools. »

___

This story has been corrected to show that the last name of Bitdefender’s representative is Buterchi.

___

Back WikiLeaks’ Vault 7 Password Is A Nod to Anti-CIA JFK Quote

On Tuesday WikiLeaks began releasing a series of encrypted documents dubbed “Vault 7,” detailing the surveillance activities of the CIA.

As part of the release, the organization posted to Twitter a password for “Vault 7” that read as follows: “SplinterItIntoAThousandPiecesAndScatterItIntoTheWinds.”

That password was a subset of words spoken by President John F. Kennedy 54 years ago, only a month before he was assassinated:

“I will splinter the CIA into a thousand pieces and scatter it into the wind,” were his exact words, according to a Kennedy administration official who spoke with The New York Times for a report published three years after JFK’s death.

Speaking in a History Channel program several years ago, Samuel Halpern, author of “The Assassination of JFK,” claimed that the threat stemmed from Kennedy’s frustration with the CIA, which he believed was becoming a “state within a state.”It also originated, in part, with the then-president’s vehement opposition to Operation Northwoods, a CIA-bred plan that called for “the possible assassination of Cuban émigrés, sinking boats of Cuban refugees on the high seas, hijacking planes, blowing up a U.S. ship, and even orchestrating violent terrorism in U.S. cities” — all to manipulate the American people into supporting a war against Cuba.

How exactly does this all tie in with WikiLeaks? Conspiracy theorists have long believed that JFK’s assassination was orchestrated by the CIA as retaliation for him preventing Operation Northwoods from being carried out and out of a desire to stop him from clamping down on the agency’s growing power.

The theory is that CIA officials killed the president to protect the agency’s position.

This brings us back to WikiLeaks, which has begun releasing documents that purport to expose the CIA’s shady behavior — and at a time when it seems much of the intelligence community is hostile to President Donald Trump, trying to undermine him at every turn.

Coincidence or conspiracy? You tell me.

H/T Heavy.com

 

R.I.P Kickass Torrents Site KAT.cr Goes Down After Owner’s Arrest, Domains Seizure

Popular BitTorrent file sharing site Kickass Torrents (sometimes also knows as KAT or KAT.cr) is down after the arrest of the site’s owner Artem Vaulin, who is reportedly 30-years-old and hails from Kharkiv, Ukraine.

Vaulin was arrested earlier today in Poland by the U.S. authorities and is now being charged for his involvement in criminal copyright infringement and money laundering. The U.S. Government is now also seeking his extradition to the U.S. from Poland.

kickass-torrents-mainIn addition to the said arrest made today, the site’s .com, .tv, .cr, and other domains, as well as any bank accounts associated with it, are also being seized on the court’s order.

“Vaulin is charged with running today’s most visited illegal file-sharing website, responsible for unlawfully distributing well over $1 billion of copyrighted materials,” said Assistant Attorney General Caldwell. “In an effort to evade law enforcement, Vaulin allegedly relied on servers located in countries around the world and moved his domains due to repeated seizures and civil lawsuits. His arrest in Poland, however, demonstrates again that cybercriminals can run, but they cannot hide from justice.”

At the time of writing, most of KAT’s domains appear to be down even though KAT’s status page at kastatus.com shows everything is running fine.

If KAT’s domains remain down, as they are right now, clones of KAT will start appearing online. We’ll recommend everyone to stay clear of all such clone sites as they could have malicious intent of infecting your computer.

 

Source RemondPie

Centres d’appels : la Tunisie décroche

 

Dans un centre d’appels offshore de Siliana, dans le nord-ouest de la Tunisie, en 2013. Le secteur emploie encore 22 000 personnes. Photo Pierre-Yves Marzin. Riva Press
Dans un centre d’appels offshore de Siliana, dans le nord-ouest de la Tunisie, en 2013. Le secteur emploie encore 22 000 personnes. Photo Pierre-Yves Marzin. Riva Press

Dérégulation, évolutions technologiques et concurrence internationale ont eu raison de l’eldorado des hot-lines offshore qui ont prospéré dans le pays pendant plus de quinze ans.

 

L’ironie est cruelle pour Imad. Téléconseiller chez le français Teleperformance, un des leaders mondiaux des centres d’appels, ce détenteur d’un master de recherche en sciences de l’informatique traite les demandes d’abonnés ADSL pour un opérateur français. «On a six minutes trente pour régler le problème des gens. C’est un travail très stressant, mais c’est juste le temps que j’en trouve un autre qui me corresponde.» Ce jeune diplômé, surqualifié pour le poste, aimerait plutôt se faire embaucher comme informaticien en charge de l’ADSL par une boîte de télécoms française. Comme lui, peu de jeunes Tunisiens rêvent d’une carrière dans le pays et dans le secteur. Car ici, le grand mirage des centres d’appels est terminé : le marché est à un tournant technologique qui laisse peu d’espoir. Le chiffre d’affaires est certes encore estimé à 300 millions de dollars (près de 269 millions d’euros) par le ministère des Technologies de l’information et de l’Economie numérique, et la Tunisie compte 364 centres d’appels pour 22 000 employés. Des chiffres remarquables pour une activité qui n’est apparue qu’en 1999, qui doivent beaucoup au volontarisme étatique.

Conscient de la manne financière possible, notamment avec l’apport de devises, l’Etat a augmenté de plus de 15 % ses investissements dans les télécoms entre 2003 et 2007. Tunisie Télécom, l’opérateur public de téléphonie, a installé des lignes spécialisées qui relient les centres d’appels à son réseau pour éviter les encombrements. La fibre optique est commercialisée dès 2012, deux ans avant le Maroc, son rival. C’est une avancée technologique majeure pour les centres d’appels offshore, ceux qui travaillent pour l’international et qui représentent 321 sociétés. La Tunisie fait à l’époque figure d’avant-gardiste au sein des pays émergents en matière de nouvelles technologies, et les centres d’appels en ont profité à plein. Jusqu’en 2011, elle est la première du continent africain dans le classement Networked Readiness Index, l’indicateur établi par le Forum économique mondial qui mesure le degré de préparation d’une nation à participer et à bénéficier des technologies de l’information de la communication.

Fiscalement, les centres d’appels offshore jouissent de l’exonération de l’impôt sur le revenu pendant dix ans (plafonné à 10 % depuis 2014) et d’une prise en charge par l’Etat de la part patronale pendant cinq ans pour les diplômés du supérieur lorsqu’ils accèdent à leur premier emploi. «C’était la belle époque, se remémore Anis Mabrouk, qui travaillait alors pour Phone Control, prestataire pour centres d’appels. On pouvait faire jusqu’à trois installations par semaine.»

Hussards

Paradoxalement, c’est cet esprit de liberté et de dérégulation qui a introduit le ver dans le fruit. Le gouvernement a supprimé en 2007 toute procédure administrative pour la création de centre d’appels. Aussitôt, une nouvelle niche s’est développée : la location de positions (postes opérationnels). Des investisseurs se mettent alors à équiper un local et le louent à des centres d’appels créés ex nihilo. A côté des grands bâtiments abritant les centaines de téléconseillers, des structures de quelques dizaines d’employés squattent des lieux plus ou moins adaptés à l’activité. Ces nouveaux acteurs cassent les prix, car les investissements requis sont réduits à peau de chagrin. «C’est n’importe quoi, s’emporte Mamdouh Oueslati, patron du centre d’appels Sirius. Ils restent quelques mois, et ils disparaissent. Généralement, une partie du contrat est payable à l’avance. Certains touchent l’argent et ferment aussitôt. Ils ruinent notre réputation.»Le gérant, dont la société possède 35 positions, a dû s’adapter. Face au nivellement par le bas, il a choisi de ne travailler qu’avec un seul client étranger pour lui proposer du sur-mesure, mais avec le risque que ce dernier ne le quitte à tout moment. D’autres décident de louer eux-mêmes une partie de leurs locaux à ces hussards de la téléphonie, s’assurant ainsi un revenu fixe.

L’arrivée de logiciels libres de centre d’appels, comme Vicidial, a également mis la profession sens dessus dessous. Là, même plus besoin de louer un local ni de fournisseur, un ordinateur suffit. «Il faut quand même un technicien expérimenté pour l’installer, nuance Anis Mabrouk, mais les logiciels sont assez complets.» Pour autant, ils souffrent d’un handicap : les communications se font uniquement via Internet, ce qui les rend moins stables que celles qui empruntent une passerelle téléphonique classique. Ces centres low-cost ne peuvent pas prétendre aux contrats des grandes sociétés, qui cherchent une fiabilité maximale. Mais leur présence permet à ces dernières de faire pression sur leur sous-traitant. «Pour les contrats de gros volume comme une hot-line, le client peut exiger une facturation à la minute parlée. S’il s’agit de support technique, le centre d’appels peut n’être payé que si le problème est résolu. Le secteur devient très fragile», se désole Ridha ben Abdessalem, président de la chambre syndicale des centres d’appels auprès de l’Utica (patronat).

Par ailleurs, les progrès technologiques tarissent le filon : les nouvelles offres «omnicanaux» proposent en effet la résolution automatique de demandes autrefois traitées par les téléopérateurs. Ces réponses robotisées sont déclinables sur tous les supports écrits : SMS, réseaux sociaux, sites internet, etc.«Les logiciels analysent sémantiquement la demande de l’internaute pour trouver une solution en temps réel», explique Anis Mabrouk, qui y voit cependant un moyen pour les centres d’appels de faire plus de qualitatif : «Plus le particulier interpelle une société sur les réseaux sociaux ou autres, plus il exige des réponses affinées auxquelles seul un humain pourra répondre.»

La téléprospection, la télévente ou le télémarketing, missions historiques des centres d’appels, ne sont pas encore concernées par la robotisation. C’est sur ces créneaux que les petits malins, affranchis de toute contrainte technologique et administrative, pullulent en Tunisie. Leur seul obstacle : l’obtention des fichiers clientèles, graal indispensable pour pourrir la vie des consommateurs.

Dans un café du centre-ville de Tunis, Ahmed (1) fait défiler sur son écran un large assortiment de listes. «Tu veux des fichiers ? Dis-moi, je les aurai.» Il y a quelques années, Ahmed, bien loin des services de support technique, a été élu meilleur «voyant par téléphone» d’un centre d’appels spécialisé. «Vivre sur le dos de la détresse des gens, c’était mon gagne-pain, et j’étais doué, explique-t-il. Prédire un horoscope, vendre un contrat d’assurance, c’est la même chose. Il faut la fibre commerciale.» Actuellement à cours d’argent, il se tâte à louer des positions avec des amis : «Une position, ça revient à 200 euros par mois. Je peux en gagner entre 1 000 et 1 500 euros sur la même période.»

«Esclavagistes»

L’Etat a tenté de réguler le statut en créant des centres de formation. Le programme lancé en 2009 s’est arrêté dès 2012 à Tunis et survit tant bien que mal à Sousse, dans l’est du pays. «Il s’agit d’une formation en alternance sur deux ans. Mais après le premier stage, les étudiants quittent l’école. Les centres d’appels promettent de les embaucher et de les former eux-mêmes. En première année, on avait 60 inscrits, en seconde, seulement 4 ou 5», explique un responsable de la formation à Tunis. Une absence de réglementation qui fait une victime : l’employé. Le secteur n’a jamais été connu pour sa politique sociale, comme le reconnaît à sa manière ce gérant : «Parler aux journalistes ? Pour se faire traiter d’esclavagistes, non merci.»

Avec la concurrence sauvage, les centres d’appels utilisent les téléopérateurs comme variable d’ajustement : pause non payée et réduite, heures supplémentaires non comptabilisées, harcèlement… Le salaire n’est pas mauvais, autour de 700 dinars (284 euros) plus primes pouvant être conséquentes (le salaire minimum est de 338 dinars), mais les employés, beaucoup de diplômés du supérieur embauchés pour leur bon niveau de français, se sentent, comme Imad, humiliés. Des mouvements de grève ont eu lieu en juin pour une meilleure reconnaissance.

L’UGTT, principal syndicat du pays, a ainsi écrit à l’ambassade de France pour dénoncer le sous-traitant qu’elle emploie, TLS (groupe Teleperformance), qui gère les rendez-vous pour l’obtention des visas Schengen : il menace de renvoyer trois salariés «pour leur activité syndicale», assure Mongi ben Mbarek, secrétaire général UGTT de la fédération des centres des télécommunications. Le syndicat réclame d’ici à la fin de l’année la mise en place d’une convention collective, appuyé par le syndicat international UNI Global Union et le français SUD. L’Utica s’y oppose, car «cela favoriserait les centres d’appels étrangers qui n’auront pas de mal à s’aligner», souligne Ridha ben Abdessalem. «Les petites sociétés ne pourront pas survivre.»

Pendant ce temps-là, les concurrents se mobilisent : Madagascar et l’île Maurice sont sur le point de se doter d’un troisième câble de fibre optique. Le Maroc développe des structures nearshore (délocalisation régionale ou vers un pays proche), comme le Casanearshore Park de Casablanca, qui cible les centres d’appels européens. Ce qui n’est pas forcément un drame pour la Tunisie, qui semble se préparer à l’étape suivante : après avoir envisagé de développer les centres d’appels, le technopôle El-Ghazala, à Tunis, a finalement abandonné le projet. La responsable de la communication du centre d’innovations, Monia Jendoubi, affirme que le secteur n’est plus le bienvenu : «Nous visons les activités à plus haute valeur ajoutée.»

(1) Le prénom a été modifié

Source :liberation.fr

Bitdefender et son vaccin anti-ransomware

Ransomware

Si vous connaissez des gens autour de vous, qui sont plus à risque sur le sujet « ransomware », ne les abandonnez pas à leur sort !

La société BitDefender a mis en ligne un genre de « vaccin » gratuit qui permet de bloquer les installations inopinées de CTB-Locker, Locky et TeslaCrypt, y compris dans leurs prochaines versions (c’est ce qu’ils annoncent… nous restons toutefois réservé là dessus)

Ainsi, les cliqueurs fous, ceux qui adorent lancer le premier exécutable qui traine seront protégés de ces 3 menaces spécifiques. Après pour le reste, vous pouvez toujours tenter l’approche éducative ou simplement résilier leur abonnement au net.

Source Korben

Détournement de 80 millions de dollars , Ils auraient pu récupérer jusqu’à un milliard de dollars s’il ne s’était pas trompé sur le nom d’une ONG!

Piratage Informatique

Ces cybercriminels se sont fait passer pour des « officiels » de la banque centrale du Bangladesh, afin de détourner 80 millions de dollars. Ils auraient pu récupérer jusqu’à un milliard de dollars s’il ne s’était pas trompé sur le nom d’une ONG.

 

C’est une faute d’orthographe qui coûte cher. Des pirates informatiques se faisant passer pour des officiels de la banque centrale du Bangladesh ont écrit « fandation » au lieu de « foundation » dans une demande de transfert d’argent à la Réserve fédérale de New York. Sans cette coquille, ces cybercriminels auraient pu empocher un magot de près d’un milliard de dollars, ont reconnu les deux institutions financières jeudi 10 mars.

Mais ces voleurs de haut vol ne sont pas repartis sans rien, a indiqué un porte-parole de la banque centrale du Bangladesh, interrogé par le Financial Times. Ils ont réussi à mettre la main sur 80 millions de dollars, ce qui en fait l’un des plus importants braquages numériques de banque. En fait, les cybercriminels ont même réussi à détourner 101 millions de dollars, mais le dernier versement de 20 millions a déjà pu être récupéré par les autorités du Bangladesh auprès d’une banque du Sri Lanka.

Pas d’ONG à cette adresse

D’après l’enquête, pour mettre leur plan à exécution, ces braqueurs 2.0 ont réussi à s’introduire début février dans le système informatique de la banque centrale du Bangladesh. Ils y ont glané les informations nécessaires pour se faire passer pour des « officiels » de cette institution financière. Ils ont ensuite commencé à passer leurs ordres de transferts d’argent à la réserve fédérale de New York, dans les coffres desquels se trouvent des fonds appartenant au Bangladesh. À chaque fois, l’argent était officiellement destiné à une association ou organisation différente au Sri Lanka ou aux Philippines.

Lorsque ces faux banquiers ont fait parvenir une demande pour obtenir 20 millions de dollars destinés soi-disant à l’ONG sri-lankaise « Shalika Fandation », la Deutsche Bank – par qui l’argent devait transiter – a voulu en savoir plus sur cette faute d’orthographe. Surprise : ils ont découvert qu’il n’existait aucune ONG à ce nom au Sri Lanka. Les autorités du Bangladesh ont donc annulé l’ordre de transfert ainsi que tous les autres, émanant de la même source. Ces opérations en cours de traitement portaient sur un montant total de 950 millions de dollars.

À qui la faute ?

Ce raté s’est doublé d’une dispute au sujet de la responsabilité des uns et des autres. Le ministre bangladais des Finances, Abul Maal Abdul Muhith, a en effet rejeté la faute sur la réserve fédérale de New York. Il a affirmé, mardi 8 mars, que les autorités américaines auraient dû se poser des questions plus tôt sur cette accumulation d’ordres de transfert d’argent en si peu de temps.

La banque américaine, de son côté, conteste cette accusation et rappelle qu’il « n’y a pas eu de faille de sécurité dans [son] système informatique ». Une manière de dire qu’avant d’essayer de se dédouaner, les autorités du Bangladesh feraient mieux de « cyber-balayer » devant leurs coffres-forts.

Les abonnés ADSL peuvent maintenant avoir 100 Mbs sans changer d’installation

Voici une «petite révolution» dans le secteur des TIC qui vient de s’opérer. L’opérateur historique vient de lancer le VDSL2 pour son parc de clients ADSL. En migrant vers cette technologie (qui est le VDSL2), les clients de l’internet fixe peuvent désormais atteindre jusqu’à 100 Mbs au lieu des 16 Mbs maximales qu’on peut atteindre en ADSL2. Rappelons que 100 Mbs est le débit qu’on peut atteindre normalement en fibre optique.

Comment est-il possible d’atteindre les débits d’une ligne Fibre Optique tout en utilisant sa ligne fixe de cuivre classique ? La réponse est dans le ‘Fiber To The Curve’ et les IPMSAN de nouvelle génération. Le FTTC est le fait d’installer la fibre optique jusqu’à l’armoire téléphonique qu’on trouve dans les quartiers. Une fois la fibre atteint cette armoire, un IPMSAN y est installé qui va jouer le rôle d’un mini central téléphonique de proximité. Et là, le VDSL2 pourrait booster la transmission du signal sur la paire de cuivre jusqu’à l’abonné que ce soit dans la voie ascendante (débit upload) que descendante (débit download). Résultat : Les clients peuvent avoir un débit atteignant presque les 100 Mbs.

vdsl2-Tunisie

«Sur les 800 zones couvertes par l’ADSL, 400 sont déjà en FTTC», nous a affirmé Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom en marge de la cérémonie d’ouverture des offres financières pour l’attribution des licences 4G qui s’est déroulée le mercredi 2 mars au siège du ministère des TIC et de l’Economie numérique.

La moitié des zones sont donc prêtes pour le VDSL2. Ce qui induit que la moitié des abonnés ADSL peut migrer vers les débits de la Fibre Optique sans changer d’installation. Mais quid de l’autre moitié ? «Courant 2016, nous allons augmenter le nombre de NRA (Nœud de Raccordement Abonnés, appellation technique des centraux téléphoniques, NDLR) équipés des IPMSAN et le nombre des raccordement FTTC. Et, progressivement, tout le parc d’abonnés ADSL (estimé actuellement à environ 500 mille clients, NDLR) passera au VDSL2», nous a répondu le PDG de Tunisie Telecom.

Les clients habitant tout près de ces centraux vont, donc, automatiquement bénéficier du VDSL2. Et pour ceux qui se trouvent un peu plus loin, ils vont en bénéficier dès que le FTTC est installé dans leur quartier.

Mais jusqu’à quel périmètre peut-on avoir le meilleur débit en VDSL2 ? Le site Ariase.com a déjà effectué des tests sur les débits réels en VDSL2 sur différentes distances par rapport à l’IPMSAN (central téléphonique ou armoire téléphonique du quartier branchée en FTTC) :

– Jusqu’à 150 mètres : 95 Mbs (download) / 30 Mbs (upload)

– Jusqu’à 300 mètres : 80 Mbs / 25 Mbs

– Jusqu’à 600 mètres : 50 Mbs/ 15 Mbs

– Jusqu’à 900 mètres : 35 Mbs / 7 Mbs

– Jusqu’à 1200 mètres : 25 Mbs / 3 Mbs

Et vu que la majorité des clients du fixe habitent, généralement, dans un périmètre de 400 à 500 mètres de cette armoire, il est donc fort possible d’avoir un débit pratique entre 50 et 95 Mbs.

 

D’un point de vue commercial, Tunisie Telecom a opté pour l’appellation ‘Rapido’ à cette offre VDSL2, qui est déjà utilisée pour ses offres Fibre Optique. Quant aux types d’abonnements, 4 débits sont proposés : 20, 30, 50 et 100 Mbs, pour des prix allant de 49 Dinars/mois jusqu’à 139 Dinars/mois. Paradoxalement, ces prix augmentent pour la 2ème année d’engagement au lieu de baisser (voir site de TT pour le détail).

Le client aura un numéro d’appel en VoIP grâce auquel il peut appeler en illimité, 24h/24 tous les numéros du réseau Tunisie Telecom (fixe et mobile) et de son MVNO Elissa. Chaque mois, une heure est offerte avec l’abonnement pour appeler les autres réseaux nationaux. De plus, une heure supplémentaire est proposée gratuitement pour appeler 13 pays : France, Royaume Uni, Allemagne, Italie, Belgique, Pays Bas, Espagne, Suisse, Portugal, Canada, Etats Unis d’Amérique, Grèce et Suède.

Rappelons que Tunisie Telecom a procédé à des tests réussis du VDSL2 sur son réseau fixe en avril 2013. TT a par la suite conclu en février 2014 un contrat avec Alcatel Lucent (devenu depuis cette année Nokia) pour l’acquisition et l’installation des IPMSAN nouvelles générations pour son réseau fixe. C’est à dire durant la période où l’actuel PDG de Tunisie Telecom était le directeur central technique de TT.

Notons au final, que cette migration de tout le parc ADSL vers le VDSL2 coïncide avec l’acquisition de la licence 4G et le 20ème anniversaire de la marque commerciale Tunisie Telecom.

Source THD

Welid Naffati